Tronches en Trans’ : Michel Bouteraon, directeur d’épreuve

Michel Bouteraon sur la Dôle… encore enneigée à ce jour !

Il l’a courue, avant d’en rejoindre l’organisation et d’en devenir, aujourd’hui, le directeur d’épreuve : Michel Bouteraon nous parle de la Transju’trail et de ses plus beaux moments sur la course.

Que représente la Transju’trail pour toi ?

C’est un complément indispensable à la Transjurassienne. Sportivement et économiquement. Et puis, à la sortie de l’hiver, cette course annonce le printemps, les paysages qui changent, ça motive à aller courir… Je me souviens, les deux premières éditions, je tenais vraiment à les faire, puis le formidable élan qui s’était créé m’a convaincu de faire partie de l’équipe organisatrice.

Alain Paget et Dominique Valenzisi qui sont à l’origine de la Transju’trail avaient, avant tout, l’envie de faire découvrir nos montagnes en dehors des périodes de neige. Ce sont des amoureux de la nature. Ça a donc tout de suite collé entre nous… et on a du plaisir à travailler ensemble et avec le reste de l’équipe. Chacun a ses compétences et personne ne marche sur celles des autres. Alain est aujourd’hui vice-président de Trans’organisation, et moi je suis directeur d’épreuve.

Demande en mariage à l’arrivée de la Transju’trail 2017.

Quel est ton plus beau souvenir ?

Une demande en mariage ! L’an dernier, l’un des derniers concurrents avait prévu de faire sa demande à l’arrivée des 72 km. Il a passé la ligne épuisé et il a sorti sa bague. C’était magique ! Un grand moment d’émotion.
Il y a aussi la Transju’trail 2013 ; il restait tant de neige sur la Dôle, les coureurs descendaient comme sur une piste de luge. On devait cependant être extrêmement vigilant de peur que quelqu’un se blesse. On a bien ri et cela reste l’un des moments les plus burlesques de cette Transju’trail.

Quels objectifs pour la Transju’trail 2018 ?

2500 inscrits, voire plus ! Ce serait une suite logique suite aux nombreux salons que l’on a faits en 2017 (l’Écotrail à Paris, les Templiers à Millau, la SaintéLyon). Les retombées de ces événements sont difficiles à mesurer mais ils sont malgré tout essentiels pour faire la promotion de notre épreuve.
En 2019, la promotion sera plus régionale, et pourquoi pas du renouveau sur le parcours du 72 km…il y a tant de chemins à découvrir sur notre beau massif du Jura !

Un mot sur la Transju’night…

Après le succès du Trail Mystère de l’an dernier, une autre idée nous est venue : le trail de nuit autour de Morez. Avec Alain, qui connaît vraiment tous les chemins du Haut-Jura dans les moindres détails, c’est tellement motivant ! Ce sera aussi une course festive, avec concert et guinguette. Vous savez, on aime notre Jura, on aime y skier, y courir, mais on aime aussi s’amuser.