Tronches en trans’ : Hélène Hanrot, traileuse multisports

Vainqueur de la Course Mystère l’an passé et sérieuse prétendante au podium de la Transju’trail 2018, cette monitrice d’escalade est aussi à l’aise sur une paroi rocheuse que sur une piste de ski, un sentier de trail ou de VTT. Hélène Hanrot cultive la polyvalence au service de ses performances en longues distances, tout en n’oubliant jamais l’essentiel : le plaisir des sports de plein air.

Que représente la Transju’ pour vous ?

Pour moi, c’est d’abord la course de ski de fond, à laquelle j’ai participé plusieurs fois en freestyle et en style classique. J’ai aussi concouru à l’UltraTrans’, dont j’ai fini deuxième à une reprise. J’adore cette course qui nous fait traverser de magnifiques paysages jurassiens… sans compter sa formidable ambiance, mais aussi la sympathie et le dévouement des bénévoles.
Et puis, l’année dernière, j’ai découvert la Transju’trail, qui reprend les mêmes ingrédients : une course nature, avec de superbes paysages.

Comment s’est déroulée la Transju’trail 2017 ?

C’était ma première participation, car j’avais jusqu’à présent un a priori sur le parcours, un peu trop roulant à mon goût. En fait, j’ai été attirée par la Course Mystère. Je trouve que l’autonomie, la gestion de l’eau et de l’alimentation par les coureurs, permet de revenir aux valeurs premières du trail. Il y a aussi un petit côté « aventure », avec un risque plus important de se perdre. J’espère que d’autres courses reprendront cette bonne idée et que la Transju’ réorganisera ce trail un jour !

Quels objectifs pour cette année ?

Je prépare La Pierra-Menta [une course de trois jours, 70 km et 7000 D+ par équipe de deux, ndlr]. Comme l’année dernière, lorsque j’ai couru l’UTMB [Hélène s’est classée 27e de sa catégorie, ndlr], mon objectif est avant tout de me faire plaisir et d’aller jusqu’au bout. Bien sûr, j’ai l’esprit de compétition et je joue le jeu dès que je porte un dossard, mais il est tout aussi important pour moi de gérer l’après-course et la récupération, afin de préserver ma condition physique.
Et pour la première fois, je me suis également inscrite aux 72 km de la Transju’trail !
Enfin, je fais partie de deux teams avec lesquels je participerai à quelques courses : le Team Castor, avec mon mari et quelques autres coureurs, et Les Natur’elles, une équipe de 14 femmes… et mères. Nous nous entraînons et courons ensemble, tout en nous encourageant mutuellement !